Etiopsychologie

 Etiopsychologie Geneve

Etiopsychologie à Genève

Inconsciemment, nos anciens le savaient déjà, la preuve en est dans les expressions populaires, les scientifiques le confirment (voir extraits de « les Echos » du 23.5.14 en fin de page), notre ventre est intelligent et capable d’agir sur nos émotions et notre santé.

L’Etiopsychologie est une technique psychocorporelle, d’analyse, de prévention et de correction des déséquilibres psychologiques et physiologiques chroniques, dus aux syndromes d’adaptation au  milieu ou stress. Elle agit sur les mémoires stockées dans notre ventre suite à des traumatismes émotionnels, c’est une application psychologique de la neuro-gastro-entérologie, autrement dit, la science de notre second cerveau.

L’Etiopsychologie est une approche individuelle qui permet de se libérer des schémas répétitifs (angoisses, peurs, autodestruction, manque de confiance, troubles digestifs, etc) en travaillant à la source : le ventre. Cette thérapie est également indiquée pour les états de stress post-traumatiques.

De fait, lorsque un traumatisme est vécu ou des signaux de danger pour la survie, et le maintien de l’équilibre physique et psychique et du stress sont perçus, des mécanismes de défense s’installent.

Ces réflexes de défense sont enregistrés dans notre cerveau, dans notre système immunitaire, dans tous nos systèmes, dans nos organes et viscères…

Réactivés régulièrement par des stimuli innés ou acquis ou par des perceptions sensorielles, des douleurs, certains contextes, certaines maladies et par certains comportements ; ressenties comme des stress plus ou moins intenses, ces stimulations engendrent des troubles émotionnels, cognitifs, comportementaux et physiologiques permanents.

Conscients de ces comportements, notre volonté d’arrêter et de changer est impuissante, ce qui génère culpabilité, frustration, tristesse, colère ou sentiment d’échec. Avec le temps, les réactions s’emballent comme un effet boule de neige : un stress devient une angoisse, une peur devient une terreur, un besoin de vérifier devient un TOC ou alors la fréquence du comportement augmente. Cela nous empêche d’agir et d’être.

L’Etiopsychologie permet de supprimer ce lien systématique entre les comportements émotionnels enregistrés dans le passé et les situations à venir afin d’être plus libre, serein et confiant. Le but est de retrouver le choix de nos réactions face aux évènements de la vie, sans être conditionné par le passé, sans fonctionner comme par réflexe ou automatisme.

Ainsi je pourrai parler et garder toutes mes capacités face à quelqu’un qui jusque là me faisait perdre mes moyens, je pourrai m’approcher des chiens alors que j’en avais la phobie, etc.

Le passé retourne ainsi dans le passé en nous rendant la liberté de nous adapter dans la fluidité aux évènements de la vie.

Je vous propose de prendre le « tant » d’une entrevue qui ne vous engage à rien, afin de vous renseigner davantage sur l’accompagnement individuel qui vous est proposé, que ce soit pour une démarche de fond ou plus ponctuelle.

Source : « Les Echos » – 23 mai 2014

Notre ventre une intelligence supérieure

Le cortex cérébral n’a pas l’exclusivité des commandes sur notre organisme. Les chercheurs découvrent l’indépendance d’action de l’appareil digestif et sa capacité à régir nos émotions.

« Le ventre est notre premier cerveau, voire notre cerveau original, va jusqu’à avancer » Michel Neunlist, chercheur Inserm à l’Institut des maladies de l’appareil digestif.

La matrice de l’inconscient

Grâce à d’autres neurotransmetteurs que la sérotonine, ce « cerveau du bas » qui assimile les aliments digérerait aussi nos émotions, donnant foi aux expressions populaires : « avoir l’estomac noué » quand on a « la peur au ventre », prendre des décisions « viscérales », « avoir des tripes »… « Avec ses substances psychoactives endogènes, le ventre a le pouvoir de donner naissance à du découragement ou de l’enthousiasme, de l’impuissance ou du plaisir, de la dépression ou de l’accomplissement », est persuadé Michael Gershon. Il serait même doué de mémoire et contiendrait les archives de notre vie émotionnelle, constituant vraisemblablement « la matrice biologique de l’inconscient » participant à la rédaction de nos rêves !

S’ils ne coopéraient pas, ces deux cerveaux, un pour penser, un autre pour ressentir, sèmeraient le chaos dans l’organisme.